Deutsch
 
Quand la vie ne tient qu'à un (coup de) fil
un seul numéro:

144

Accueil > Dispositif > Services de sauvetage > SMUR
SMUR

La philosophie dans le domaine des secours a fait sa révolution copernicienne. Jadis, l’ambulance transportait le patient aux urgences de l’hôpital. Aujourd’hui, un médecin du SMUR (Service mobile d'urgences et de réanimation) se déplace au chevet de la personne à secourir et la médicalisation commence immédiatement. Le SMUR est engagé en renfort des services d'ambulances lors de cas graves.

A topographie particulière, solution adaptée, l’OCVS doit garantir la mise à disposition de moyens suffisants sur tout le territoire valaisan. Un service mobile d’urgence et de réanimation centralisé serait totalement inefficace. Aussi la population valaisanne peut-elle compter sur les SMUR du Chablais, de Martigny, de Sion et de Viège.

Le véhicule du SMUR, équipé de feux bleus et sirènes, est bien souvent 4X4 (vallées latérales obligent). Il permet d'acheminer au plus vite auprès de la personne en danger, un médecin, son « chauffeur » ainsi que tout le matériel nécessaire pour la prise en charge pré-hospitalière (monitoring, défibrillateur, pacemaker externe, oxygène, matériel de ventilation, matériel d’immobilisation, perfusions, médicaments, pansements, couvertures etc.) Le véhicule du SMUR est conçu pour soigner mais ne transporte jamais les patients.

Le SMUR, est engagé notamment lors de problèmes cardiaques, de coma, de difficultés respiratoires, d’accidents graves, d’interventions concernant les enfants etc. Il est disponible 24 heures sur 24. Le médecin SMUR idéal dispose dans tous les cas d’une expérience hospitalière de trois ans dont une année d’anesthésie, Il connaît la médecine pré-hospitalière et a suivi la formation dispensée par la Société suisse de médecine d’urgence et de sauvetage. Pénurie de médecins oblige, les assistants en médecine hospitalière sont aussi appelés à officier en tant que médecin-urgentiste.

Le « chauffeur » du SMUR, est, quant à lui,  au bénéfice d'une formation d'ambulancier ES, de technicien ambulancier, et / ou d'infirmier. Arrivé sur site, il collabore avec les autres intervenants, puis remet son véhicule en état.
Une fois l’intervention terminée, le médecin SMUR et son complice retrouvent la compagnie de sauvetage ou l’hôpital dont ils dépendent.

eSMUR

L’OCVS a démarré un projet pilote qui vise une utilisation plus efficiente des services médicaux d’urgence et de réanimation (SMUR) avec un souci permanent du respect de la sécurité sanitaire lors de la prise en charge de patients. Dans notre système préhospitalier, qui a de plus en plus de mal à recruter des médecins d’urgence, cette approche va non seulement permettre de renforcer la pérennité des prestations médicales préhospitalières urgentes, mais aussi d’améliorer la disponibilité des médecins.

L’intervention eSMUR se définit par la réception par le médecin SMUR d’une demande de médicalisation distante formulée par la centrale 144 ou par un ambulancier déjà auprès du patient. Le médecin va prendre connaissance d’une part des informations délivrées par les ambulanciers et d’autre part de l’ensemble des paramètres de monitorage télétransmis du patient. Forgeant son analyse sur ces informations, le médecin oriente la conduite thérapeutique, ainsi que la destination du patient tout en guidant au besoin l’ambulancier dans la prise en charge aussi longtemps que nécessaire. Le médecin peut décider que sa présence physique est préférable. Il peut dès lors décider de se rendre sur site.

Si le Valais est le premier canton suisse à intégrer ce type de médicalisation en médecine d’urgence, il ne fait cependant que s’inspirer de modèles déjà existants dans d’autres pays. Aix-la Chapelle (D) a ainsi publié une étude dernièrement comparant les bénéfices propres à chaque type d’engagement des SMUR physiques ou distants.

Le projet pilote n’induit aucune réduction des interventions médicales. Il consiste uniquement à réaliser des engagements distants de médecins en lieu et place d’engagements physiques. Toutes les interventions pour lesquelles un geste technique médical pourrait être nécessaire, restent systématiquement des interventions SMUR en premier échelon.

Un monitorage qualité hebdomadaire est réalisé par l’OCVS afin de permettre un ajustement fin des protocoles d’engagement dans un souci permanent d’optimisation de l’utilisation du dispositif.

Le projet pilote a démarré mi-juillet 2020 et il est prématuré de vouloir produire des chiffres à ce stade, d’autant plus que les critères qualité ont été progressivement affinés au cours des premiers mois.

A voir aussi

Liens

SMUR en Romandie